Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Frédéric Augendre, le texte et l'image

Photo : Lucille Chombart exposée à la Scam

16 Novembre 2012, 14:30pm

Publié par Frederic Augendre

 

vernissage scam Lucille Chombard Fred Augendre

Le bébé n'aura pas vu grand-chose des images de Lucille Chombart de Lauwe,

mais la maman n'en ratait pas une miette (Photo F. Augendre)

 

J'étais mardi soir au vernissage du prix Roger Pic de la photographie organisé par la Scam, la Société civile des auteurs multimédia, qui par le passé a récompensé des photographes comme Mickael Ackermann (pour "Departure, Poland") Gérard Uféras (pour "Opéras"), Jane Evelyn Atwood (pour "Les prisons") ou encore Giorgia Fiorio (pour "Les mineurs russes").

 

Le lauréat cette année est le belge Cédric Gerbehaye, de l'agence VU, pour son reportage "Land of Cush" sur le Sud-Soudan. Aux côtés de ses images, la Scam expose deux portfolios remarqués par le jury : le travail de l'Italien Giovanni Cocco, très fort, sur sa soeur handicapée Monia, et les images carrées de la Française Lucille Chombart de Lauwe sur l'urbanisation de la société mongole. Par la forme, c'était de mon point de vue le plus intéressant des travaux exposés (*)

 

Lucille Chombart de Lauwe opère en moyen format, avec un Mamiya 6. J'avais découvert cette photographe récemment, à l'occasion d'une série qu'elle avait réalisée sur les marins de la transat 6.50. Son idée, géniale, avait été de photographier avant le départ les mains et le visage de chacun de ses sujets, ainsi que l'habitacle de leur bateau. Puis elle avait réalisé les mêmes vues à l'arrivée, après une traversée aussi enrichissante qu'éprouvante, afin d'associer les triptyques dans un jeu de "avant/après" plutôt saisissant. Repérée par hasard sur la page facebook d'un ami, cette série baptisée "Une traversée de l'Atlantique en solitaire" m'avait immédiatement plu.

 

Depuis, je me suis intéressé au Bar Floréal, collectif parisien dont Lucille est l'un des jeunes éléments, et qui affiche une exceptionnelle longévité si l'on songe qu'il a été fondé en 1985, dans un bistrot parisien dont il a pris le nom. On ne perd jamais son temps à se rendre aux expos de ce collectif, qui par ailleurs a le bon goût d'animer la réfexion sur l'acte photographique en organisant régulièrement des conférences-débat.

 

(*) L'expo du prix Roger Pic est visible dans les locaux de la Scam, 5 rue Velasquez à Paris (8e), jusqu'au 28 févrie. Visite ouverte au public aux heures de bureau, sous reserve de la disponibilité des salles (la salle où est exposée Lucille Chombart de Lauwe est parfois occupée par des réunions.

Commenter cet article